Cremaster 15

Cremaster 15

Film vidéo composé de deux films enchainés de 10’18 secondes chaque.
Le premier en couleur sur une musique de Sun O))),
Le second en noir et blanc sur une musique de Clair Obscur @ Cocoon.
Montage & effets spéciaux  : Mihai Grecu
1999.
Présenté depuis dans différents festivals et expositions.

« Ce double mix réalisé par P. Nicolas ledoux* est une relecture critique des fameux films du cycle des « cremaster » de l’artiste américain Matthew Barney. Ce travail complexe dans ses enjeux interroge le statut même du film d’artiste – entre édition à série limitée pour collectionneur et œuvre d’art fétichiste présentée en musée ou dans le cadre de diffusions spécialisées. Ces films ont la réputation d’être d’ambitieuses et ultimes productions à la qualité et au langage plastique irréfutables, au prix inabordable et inavouable. Ils sont le trait d’union entre la pointe de l’art contemporain international et le business Hollywoodien, matrice à fantasmes et à rumeurs. P. Nicolas Ledoux a réussi à les retrouver, parfois dans des conditions rocambolesques, souvent après de longues traques sur internet. Il en a conçu ce double mix corrosif et sale, travaillant l’image brute et altérée, réduisant en quelques minutes une dizaine d’heure de films, brutalisant narration, fiction, sujet, paysage, …  s’appropriant et saccageant comme un DJ ou un groupe de rock l’anthologie d’un John Williams ou d’un philip Glass. Il pose ici la question du copyright, de la propriété artistique au sens large, du geste de l’auteur, de la matière première du travail plastique – entre référence, révérence, vol, recyclage… Plus de pellicule, plus d’original, plus de tournage, plus d’image… les attributs historiques du cinéma – du film en noir et blanc à la couleur – sont ici pulvérisés pour être répandus dans le grand cimetière de l’art contemporain… et être alors réanimés pour le plus grand plaisir des zombies d’un utopique dépassement de l’art. »
Texte de présentation. Festival Ososphère.

capture-decran-2016-12-15-a-13-39-44
capture-decran-2016-12-15-a-13-39-37
capture-decran-2016-12-15-a-13-39-28
capture-decran-2016-12-15-a-13-40-13
capture-decran-2016-12-15-a-13-39-56
acapture-decran-2016-12-15-a-13-42-08
capture-decran-2016-12-15-a-13-36-59
capture-decran-2016-12-15-a-13-38-49
capture-decran-2016-12-15-a-13-37-57
capture-decran-2016-12-15-a-13-41-09
capture-decran-2016-12-15-a-13-40-45
capture-decran-2016-12-15-a-13-41-41
capture-decran-2016-12-15-a-13-41-28
capture-decran-2016-12-15-a-13-40-56

Cremaster 15

Film vidéo composé de deux films enchainés de 10’18 secondes chaque.
Le premier en couleur sur une musique de Sun O))),
Le second en noir et blanc sur une musique de Clair Obscur @ Cocoon.
Montage & effets spéciaux  : Mihai Grecu
1999.
Présenté depuis dans différents festivals et expositions.

« Ce double mix réalisé par P. Nicolas ledoux* est une relecture critique des fameux films du cycle des « cremaster » de l’artiste américain Matthew Barney. Ce travail complexe dans ses enjeux interroge le statut même du film d’artiste – entre édition à série limitée pour collectionneur et œuvre d’art fétichiste présentée en musée ou dans le cadre de diffusions spécialisées. Ces films ont la réputation d’être d’ambitieuses et ultimes productions à la qualité et au langage plastique irréfutables, au prix inabordable et inavouable. Ils sont le trait d’union entre la pointe de l’art contemporain international et le business Hollywoodien, matrice à fantasmes et à rumeurs. P. Nicolas Ledoux a réussi à les retrouver, parfois dans des conditions rocambolesques, souvent après de longues traques sur internet. Il en a conçu ce double mix corrosif et sale, travaillant l’image brute et altérée, réduisant en quelques minutes une dizaine d’heure de films, brutalisant narration, fiction, sujet, paysage, …  s’appropriant et saccageant comme un DJ ou un groupe de rock l’anthologie d’un John Williams ou d’un philip Glass. Il pose ici la question du copyright, de la propriété artistique au sens large, du geste de l’auteur, de la matière première du travail plastique – entre référence, révérence, vol, recyclage… Plus de pellicule, plus d’original, plus de tournage, plus d’image… les attributs historiques du cinéma – du film en noir et blanc à la couleur – sont ici pulvérisés pour être répandus dans le grand cimetière de l’art contemporain… et être alors réanimés pour le plus grand plaisir des zombies d’un utopique dépassement de l’art. »
Texte de présentation. Festival Ososphère.